Plan de la Thèse sur Bory de Saint-Vincent

Publié le par Ferrière Hervé

Sommaire.
Introduction.
 
Partie I: 1778-1802 : une jeunesse lumineuse.
I.A°) Bory de Saint-Vincent, naturaliste précoce et talentueux.
I.A.1°) Les limbes d’une mémoire très sélective.  
I.A.2°) Parce qu’il faut bien naître.
I.A.3°) Bordeaux : des bateaux, des loges, des salons, de l’argent et des livres.
I.A.4°) Un oncle incontournable.
I.A.5°) Bory, un médecin imaginaire ? Des études de médecine inachevées pendant la Terreur.
I.A.6°) Etudier sans maître : Bory, jeune amateur de sciences. 
I.A.7°) Conclusion : grandir pendant la Première République.
I.B°) Les premiers réseaux savants de Bory.
I.B.1°) La mise en œuvre et l’efficacité d’un réseau : la libération de P.A. Latreille.
I.B.2°) Bory et la renaissance de la sociabilité savante.
I.B.3°) L’intégration du jeune Bory à un réseau épistolaire savant plus vaste.
I.B.4°) Concrétisation des relations épistolaires entre savants.
I.B.5°) Bory est d’emblée présenté comme un novateur dans le domaine des êtres microscopiques.  
I.B.6°) Conclusion : affirmer une vocation et entrer dans le siècle.
I.C°) L’activation des réseaux et le recrutement dans l’expédition Baudin.
I.C.1°) De Rennes, cité des plaisirs, à Fougères, sombre place forte en terre chouanne.
I.C.2°) Le temps des premières campagnes.
I.C.3°) L’expédition Baudin : le voyage de tous les rêves et de tous les dangers.
I.C.4°) Bory, aimable naturaliste voyageur ou déserteur insolent et calculateur ?
I.C.5°) Conclusion : Bory, la passion du voyage et de l’observation directe.
 
Partie II : 1802-1820 : la maturation des idées scientifiques et les années difficiles.
II.A°) Le développement d’une pensée transformiste sans le soutien d’un réseau p.
II.A.1°) Un succès éditorial, une élection réussie et un retour volontaire à la vie militaire.
II.A.2°) Bory à la recherche d’un Monde primitif.
II.A.3°) La théorie de la Terre de Bory.
II.A.4°) Les propositions transformistes ou «idées hardies » du chapitre XXII.
II.A.5°) Conclusion : une certaine vision du temps.
II.B.°) Un savant condamné à rejoindre l’armée :
II.B.1°) Les prémices d’une pensée transformiste oubliée aussitôt énoncée.
II.B.2°) Le mauvais accueil réservé au Voyage pousse Bory vers la carrière militaire.
II.B.3°) De la figure du « voyageur naturaliste » à celle du « militaire savant. »
II.C.°) Un correspondant de l’Institut pris dans l’abominable campagne d’Espagne :
II.C.1°) Après un long silence, Bory publie à nouveau dans le domaine botanique.
II.C.2°) Une nouvelle campagne électorale auprès des savants parisiens.
II.C.3°) La découverte de la « Péninsule africaine » de l’Europe.
II.C.4°) Un destin d’officier d’état-major.
II.C.5°) L’adieu aux armes après la Campagne de France.
II.D°) Du prestige de l’Assemblée des Cent-Jours à un exil humiliant :
II.D.1°) Bory publiciste, libelliste et politicien téméraire.
II.D.2°) L’exil : Bory, savant maudit, proscrit orgueilleux et amoureux éperdu.
II.D.3°) Conclusion : la fin de l’exil.
    
Partie III : 1820-1828 : les grandes œuvres collectives et les grandes théories de Bory.
III.A.°) Une équipe de rédacteurs autour d’Etienne Geoffroy Saint-Hilaire :
III.A.1°) L’installation difficile à Paris d’une actrice et d’un demi-solde.
III.A.2°) Le recrutement des rédacteurs du Dictionnaire.
III.A.3°) Le grand dessein du DCHN.
III.A.4°) Enfin la célébrité. 
III.A.5°) Face aux trahisons, à la mort des proches et aux dettes, Bory se jette en prison. 
III.A.6°) Conclusion : la direction d’une nouvelle expédition scientifique.
III.B.°) La maturation des idées transformistes de Bory :
III.B.1°) Le DCHN : un miroir déformant ? Bory se fabrique un héros et un maître.
III.B.2°) La maturité des idées transformistes d’un micrographe linnéen. 
III.B.3°) Bory champion de la génération spontanée.
III.B.4°) Un systématicien révolutionnaire qui multiplie ouvrages et règnes vivants.
III.B.5°) Le Gascon et son deuxième « maître » : E.G. St-Hilaire.
III.B.6°) Conclusion : un déiste hétérogéniste et transformiste.
III.C°) L’anthropologie de Bory : polygénisme, racisme et abolitionnisme :
III.C.1°) Un succès éditorial et critique en plein conservatisme politique et social.
III.C.2°) Les principes systématiques de Bory et leurs résultats anthropologiques. 
III.C.3°) Malgré des différences d’âge, les espèces humaines sont toutes modernes. 
III.C.4°) La posture d’un raciologue antiesclavagiste, libéral et aristocrate.
III.C.5°) Postérité de l’Essai sur l’Homme : anthropologie, ethnologie ou essai politique ?
III.C.6°) Conclusion : les possibles raisons de l’échec scientifique de Bory.
 
Partie 4 : 1829-1846. La reconnaissance, les derniers voyages et le grand oubli.
IV. A.°) De l’expédition de Morée à la bénéfique Révolution de Juillet :
IV.A.1°) Des préparatifs politiquement compliqués.
IV.A.2°) L’extravagant, courageux et célèbre Bory de Saint-Vincent en Morée
IV.A.3°) Des résultats relativement modestes présentés dans un contexte politique particulier.
IV.A.4°) La mort de l’illustre Lamarck : Bory et la fièvre verte
IV.A.5°) Conclusion : Bory passe dans le camp des « vainqueurs de l'histoire. » 
IV.B°) La vie bourgeoise d’un Académicien et officier d’état major général :
IV.B.1°) Retour en politique, échecs à l’Institut et heurts avec Cuvier. 
IV.B.2°) Enfin la reconnaissance institutionnelle et sociale.
IV.B.3°) Bory géologue cartographe et le « pouvoir-savoir. » 
IV.B.4°) Conclusion : le désir d’ailleurs, Bory s’impose en Algérie.
IV.C°) Les dernières grandes aventures et la postérité d'un échec :
IV.C.1°) Des mois de bonheur, de soleil, de travail et de découvertes.
IV.C.2°) Les résultats des travaux d’une Commission qui bientôt se désagrège.
IV.C.3°) La tragique « erreur » de Bory et l’échec de son dernier grand ouvrage.
IV.C.4°) La vieillesse, la maladie le désir de repartir.
IV.C.5°) Bory, voyageur perpétuel et égaré.
 
Conclusion.
 
 
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article